LA PROPRETE

Comment l'aider à devenir propre?
L'acquisition de la propreté angoisse bien des parents. On aimerait que cela se passe tout seul, sans "rechute" et au plus vite. Pourtant, rien ne sert de presser l'enfant. Avant 1 an et demi, le mettre sur le pot semble un peu prématuré. Mais après 3 ans et l'entrée en maternelle, c'est un peu tard. Aux parents de s'organiser et de dédramatiser l'affaire. Quelques conseils pour aider l'enfant à devenir propre.
Le moment propice pour débuter l'apprentissage

L'acquisition de la propreté chez l'enfant intervient en général
vers 2 ans et demi ou 3 ans. Si on l'y pousse trop précocement, l'enfant ne sera pas à même de supporter les frustrations imposées.
Et on ne peut pas le forcer à grandir plus vite que son développement ne le lui impose. "Il faut l'encourager à être propre quand il commence à prendre de l'assurance dans la marche, précise Christine Brunet, psychologue et psychothérapeute." A ce moment-là,
il possède une certaine autonomie et commence à connaître son corps. Il apprend à manger tout seul, à descendre l'escalier,
bref il s'approprie l'espace. Souvent, les parents choisiront l'été
pour commencer à retirer la couche : l'enfant peut gambader fesses nues dehors sans qu'une petite fuite ne provoque une catastrophe. Enfin, mieux vaut s'atteler au problème avant l'entrée en maternelle. Car, souvent, les directrices n'acceptent les enfants que lorsqu'ils sont propres.
Etape par étape, la progression

"L'acquisition de la propreté ne se fait pas du jour au lendemain", insiste la psychologue. Mais prend quelques mois. Au début, l'enfant garde sa couche, et les parents commencent à le mettre sur le pot à des moments précis. "Il faut créer des habitudes, donnerdes repères dans le temps (avant et après la sieste, au réveil...)", précise Christine Brunet. Les lieux aussi sont importants : le pot sera placé toujours à peu près au même endroit. En général, la propreté de l'urine survient avant celle des selles. Lorsque l'on passe à l'étape suivante (plus de couche durant la journée), il n'est pas rare de constater quelques rechutes. Pour encourager l'enfant, on pourra le féliciter lorsqu'il fait bien ses besoins dans le pot ou si sa couche est propre au réveil… La dernière étape : utiliser les toilettes, avec éventuellement, un petit siège adaptable. Attention à ne pas le faire trop tôt : perché
sur ce trône et mal assis, l'enfant peut être effrayé. Il
aura probablement besoin qu'on lui explique qu'il doit rester seul dans ce lieu et n'a pas de raison d'avoir peur...
La propreté nocturne est parfois plus lente à acquérir.Nombre d'enfants portent encore leur couche pour dormir, six mois après l'acquisition de la propreté diurne. Plus préoccupant, l'enfant qui n'est toujours pas propre après 4 ou 5 ans, ou qui régresse. Un choc affectif ou un bouleversement dans sa vie en sont peut-être à l'origine. La consultation d'un pédopsychiatre peut être envisagée...
Recherche personnalisée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site