Les accidents domestiques

 

 Qu'est ce qu'un accident domestiques

L’O.M.S. définit l’accident comme " un événement indépendant de la volonté humaine, provoqué par une force extérieure agissant rapidement et qui se manifeste par un dommage corporel ou mental "
Les accidents domestiques provoquent chaque année en France la mort de plus de 17 000 personnes dont 600 enfants, soit plus que les accidents de la route. C’est un peu violent comme entrée en matière, mais les chiffres sont là !
Vous avez sûrement tous un jour eu cette réflexion " il l’a échappé belle ". Cependant, les accidents domestiques sont rarement le fait du hasard. Le danger est toujours présent sous les formes multiples de risques familiers : queue de la poêle, escalier, médicament oublié… Le sentiment de sécurité d’un climat familial ne doit pourtant pas nous faire oublier les règles élémentaires qui permettront de limiter autant que possible les risques quotidiens des enfants dans leur apprentissage de la vie.
Pour diminuer les risques d’accidents, deux axes sont à prendre en compte:
La sécurité passive
Elle concerne les équipements, leur qualité et leur entretien. Veiller au bon état du circuit électrique, poser des caches sur les prises, ranger en hauteur tous les produits toxiques, ajuster une rampe branlante, remettre en état une moquette décollée, installer un pare-feu devant la cheminée, une grille de protection devant le four…. Ces précautions sont souvent simples à mettre en œuvre, et garantissent une sécurité de base.

 

La sécurité active
elle va reposer sur deux grands axes :
Le comportement de chacun : l’ordre, le rangement, le respect des règles d’utilisation.
L’éducation : l’apprentissage des risques et des attitudes de sécurité est indispensable. Les enfants doivent savoir au plus vite ce qui est dangereux et ce qui ne l’est pas, ce qu’ils peuvent faire et ce qu’ils ne doivent pas faire. Certes certains enfants sont plus remuants que d’autres, et font preuve d’une prodigieuse capacité d’invention. C’est pourquoi, il vaut mieux éduquer que prohiber, et sensibiliser au danger (entre 3 et 7 ans) en montrant " comment ça marche ". Le véritable but est l’autonomie de l’enfant. Il ne faut pas non plus le surprotéger car cela lui serait aussi néfaste que d’avoir une attitude nonchalante
En multipliant les interdits sans explication comme en élevant des barrières trop hautes, on finirait par étouffer l’instinct de défense que le jeune enfant doit opposer spontanément au danger.
Une liste complète vous informant des accidents qui peuvent arriver à vos enfants serait maintenant la bienvenue. Pourtant il me semble que nous savons tous très bien quelles sont les préventions à mettre en place pour éviter le pire. Je dresserais donc ici une liste pour rappeler les principales consignes de sécurité préventive, pour ceux qui n’ont pas encore bien réfléchi au sujet ! ! !
De plus, il me semble " intéressant " de rappeler la conduite à tenir lorsque, malgré toutes nos précautions, l’accident arrive.

 

LES RISQUES EN FONCTION DE L’AGE

 

Au début de la vie la surveillance des parents doit être totale. Petit à petit l’enfant apprendra et son autonomie deviendra de plus en plus grande .
  • De 1 à 3 mois :
    Etouffement par un oreiller ou une couette,
    Etouffement par régurgitation de lait.
  • De 4 à 6 mois : Début de la préhension.
    Le risque principal est la chute d’une table à langer ou d’un couffin posé sur une table.
  • De 6 à 9 mois : L’enfant porte tous les objets à sa bouche et se tient assis.
    Risque d’ingestion et d’inhalation de corps étrangers, Chutes, Noyades dans une baignoire.
  • De 9 à 12 mois : Déplacement à quatre pattes.
    Ingestion d’objets que l’enfant va chercher n’importe où,
    Intoxication par plantes d ‘appartements, produits ménagers..
    Brûlures électriques par prises ou rallonges,
    Chutes (escaliers, chaises hautes).
  • De 12 à 18 mois : L’enfant veut tout toucher et tout goûter.
  • De 18 mois à 2 ans : C’est la période du risque maximum mais aussi l’âge auquel l’enfant commence à comprendre les explications simples.
  • A partir de 2 ans : l’enfant qui peut se déplacer de plus en plus normalement n’a pas de vraie notion du danger. Cette acquisition se fera lentement et progressivement.
  • Entre 3 et 6 ans : l’éducation au risque est possible.
    • L’aspect éducatif est très important dans une stratégie de prévention des accidents.

       

      LES RISQUES EN FONCTION DU LIEU

       

    Les lieux à risques varient en fonction de l’âge mais certains grands principes restent toujours valables :
    La cuisine est la pièce la plus dangereuse (1 accident sur 4) : produits ménagers, plaques électriques, four, casseroles d’eau bouillante, robots ménagers..
    L’escalier expose aux chutes
    Salle de séjour : plantes vertes toxiques, lampes et fils électriques.Salle de bains. eau très chaude, médicaments.
    Chambre d’enfants : lits superposés, prises électriques, petits jouets ...
    Garages : outils pointus ou coupants, produits dangereux
    Recherche personnalisée

    Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

    ×