CONSEILLER D'INSERTION ET DE PROBATION

Le conseiller d'insertion et de probation (CIP) assure à la fois une mission d'aide à l'insertion sociale et de contrôle et de suivi à l'égard des personnes privées partiellement ou totalement de liberté. Le CIP remplit ses fonctions au sein du service pénitentiaire d'insertion et de probation qui est un service départemental (voir encadré) et cela, en liaison étroite avec les autorités judiciaires et civiles, tous les intervenants sociaux, institutionnels et associatifs du département. Le CIP travaille souvent au sein du tribunal (milieu ouvert) et également au sein d'une maison d'arrêt.
Il peut également exercer exclusivement en milieu fermé (centre de détention, maison centrale). Dans ce cas, le CIP est chargé de contrôler le respect des obligations imposées aux personnes placées sous main de justice, d'effectuer quand elles lui sont demandées des investigations (par le biais d'enquête) préalables à la prise de décision par la juridiction de jugement ou d'instruction. Ainsi, pour les jeunes de 18 à 21 ans, le juge d'instruction à l'obligation de saisir le CIP pour réaliser une enquête sur la situation socioprofessionnelle du jeune. Une fois les éléments d'enquêtes vérifiées, le CIP peut proposer au juge une mesure alternative à l'incarcération. Enfin, il peut proposer des aménagements de peines pour les personnes condamnées à de courtes peines de prison (moins d'un an) : semi-liberté, libération conditionnelle, etc.
En milieu fermé, le travail du CIP consiste à maintenir les liens sociaux et familiaux du détenu, à prévenir les risques de désocialisation (notamment par la mise en place d'activités socio-éducatives au sein de la prison : action contre l'illettrisme, aide aux indigents, prévention en matière de santé etc.). Il a également pour tâche le suivi individuel du détenu. Le conseiller d'insertion et de probation prépare, également, la réinsertion sociale à la sortie de prison (il peut ainsi orienter les détenus vers les structures de droit commun, leur faciliter l'accès aux soins, à un hébergement, à la formation professionnelle ...).


Une formation rémunérée de 24 mois

Le CIP a le statut de fonctionnaire de l'Etat. Le concours est ouvert aux titulaires d'un diplôme de niveau bac + 2 (DEUG, DUT...), ou d'un diplôme d'assistant de service social ou d'éducateur spécialisé. Toutes les formations universitaires sont les bienvenues mais les reçus au concours sont majoritairement des juristes (70 %). Les lauréats bénéficient d'une formation rémunérée de 24 mois en alternance à l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire (ENAP) et sur les terrains de stage (maison d'arrêt, centre de détention, tribunal de grande instance, centre d'action sociale, associations, commissariat...).
La première année de formation est axée sur des enseignements théoriques tels que le droit, la réglementation pénitentiaire, la sociologie, la psychologie, la psychiatrie et la criminologie. La seconde année s'articule, quant à elle, autour de la soutenance d'un mémoire et la mise en application des savoirs. Les élèves sont notamment amenés à concevoir, réaliser, évaluer un projet d'action collective favorisant l'insertion des détenus ou des personnes suivies en milieu libre. La titularisation intervient à l'issue de la seconde année après avoir satisfait aux épreuves du certificat d'aptitude aux fonctions de conseiller d'insertion et de probation.
Recherche personnalisée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site