EDUCATEUR DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE

Les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) - l'éducation surveillée jusqu'en 1989 - ont pour mission de mettre en oeuvre les mesures ordonnées par les magistrats de la jeunesse dans le cadre de l'ordonnance du 2 février 1945 relative à la délinquance des mineurs ou au titre de l'assistance éducative (article 375 du code civil) concernant les enfants en danger.
Leurs missions ont été redéfinies, courant 2004, pour les mettre en conformité avec la loi d'orientation et de programmation sur la justice du 9 septembre 2002.
Désormais, les éducateurs de la PJJ concourent à la préparation et à la mise en oeuvre des décisions civiles et pénales prononcées par les juridictions à l'égard des mineurs et des jeunes majeurs. Ils conduisent des actions d'éducation, d'investigation, d'observation et d'insertion auprès des mineurs délinquants ou en danger et des jeunes faisant l'objet d'une mesure de protection judiciaire. Ils participent, comme auparavant, à l'organisation et la mise en oeuvre d'actions de prévention et assurent l'accueil des mineurs et de leurs familles. Et enfin, ils peuvent exercer des fonctions d'enseignement ou d'animation pédagogique.


Les éducateurs PJJ sont majoritairement des femmes

Au nombre d'environ 3 700, ces fonctionnaires du ministère de la Justice, en majorité des femmes, travaillent dans l'ensemble des juridictions, organismes, établissements et services du ministère de la Justice - y compris en milieu carcéral - et le cas échéant dans tous les organismes publics où se déroulent des actions relevant de leurs missions. Ils exercent le plus souvent au sein d'une équipe pluridisciplinaire, comprenant assistante sociale, psychologue, infirmier, professeur technique... Ils peuvent également intervenir dans les dispositifs éducatifs renforcés (anciennement UEER), destinés à accueillir les jeunes en séjour de rupture ou dans les centres éducatifs fermés créés par la loi du 9 septembre 2002.


Cinq modes de recrutement différents

Les éducateurs PJJ sont des fonctionnaires de catégorie B dépendant du ministère de la Justice. Il existe désormais cinq modes de recrutement différents pour l'accès à cette profession.

Le recrutement peut se faire par la voie d'un concours externe sur épreuves, ouvert aux candidats âgés de 45 ans au plus au 31 décembre de l'année du concours. Ces candidats doivent être titulaires du diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé ou de l'un des titres ou diplômes homologués de niveau III tels que le DEUG, le DEASS, un diplôme d'infirmier, d'EJE ou le DEFA.
La deuxième voie de recrutement est celle du concours externe sur titres ouvert, dans la même limite d'âge, aux titulaires du diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé ou d'un diplôme européen assimilé. Ce concours comporte un entretien avec un jury.
Autre possibilité, le concours interne ouvert aux fonctionnaires et agents publics de l'Etat et des collectivités territoriales justifiant d'au moins trois ans de services publics effectués (au lieu de cinq précédemment).
Il existe également le concours dit de "troisième voie" pour les personnes qui ont exercé, pendant au moins cinq ans au cours des dix années précédentes, une ou plusieurs activités professionnelles, un ou plusieurs mandats de membre d'une assemblée élue d'une collectivité territoriale ou une ou plusieurs activités en qualité de responsable, y compris bénévole, d'une association. Les activités retenues doivent avoir été exercées dans le domaine éducatif, social, sportif ou culturel.
Enfin, les éducateurs de la PJJ peuvent être recrutés par voie d'inscription sur une liste d'aptitude. Cette possibilité est réservée aux fonctionnaires de la PJJ justifiant d'au moins dix ans de service public et appartenant depuis cinq ans au moins à l'un des corps de catégorie C de la filière éducative ou technique.


Formation

Les candidats reçus aux concours ou recrutés sur liste d'aptitude sont nommés éducateurs stagiaires et accomplissent un stage d'une durée de deux ans s'ils sont issus du concours externe sur épreuves ou du concours interne, et d'un an dans les autres cas. Les stages sont effectués à la fois en milieu ouvert et en foyer d'action éducative. Les éducateurs stagiaires ayant réussi leur formation sont titularisés après avis de la commission administrative paritaire. A défaut, ils peuvent être autorisés à effectuer un stage complémentaire d'une durée maximale d'un an.
Dans la mesure où la formation est rémunérée, les titulaires s'engagent à rester ensuite cinq ans au sein de la PJJ.
Recherche personnalisée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site