EDUCATEUR JEUNE ENFANT

Au sein du secteur social, les éducateurs de jeunes enfants (EJE) sont incontestablement les spécialistes de la petite enfance. Ils sont en effet les héritiers des "jardinières d'enfants" d'antan, qu'ils ont remplacées professionnellement en 1973, date de création du diplôme d'Etat d'EJE.
Environ la moitié des éducateurs de jeunes enfants travaillent auprès d'enfants sans dificultés particulières, en crèches et en haltes-garderies, les autres intervenant auprès d'enfants en difficulté ou handicapés.

Communes et associations constituent les principaux employeurs de ces professionnels, dont le nombre total était évalué à 12 800 en 2002, dont une majorité de femmes, selon une étude sur l'évolution des métiers du travail social, publiée en novembre 2005, par la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES).
En raison de départs massifs à la retraite ces prochaines années, mais aussi de l'augmentation prévisible du nombre de structures d'accueil, le marché de l'emploi est porteur pour les éducateurs de jeunes enfants, fraîchement diplômés. Selon une étude menée en 2003 par l'Association française des organismes de formation et de recherche en travail social (Aforts), 96,6 % des EJE diplômés en 2002 avaient en effet décroché un emploi dans les six mois.




Accès à la formation et contenu

Attendu de longue date par la profession, un décret visant à revaloriser le statut des EJE (diplôme de niveau III) et à rénover leur formation est paru en novembre 2005. Ses mesures seront applicables à la rentrée 2006, voire dès le 1er janvier 2006 pour les formations débutant avant le mois de septembre.
Ce diplôme est désormais accessible soit par la voie de la formation, soit, c'est l'une des nouveautés induites par la réforme, par le biais de la validation des acquis de l'expérience (VAE).

La formation est ouverte aux titulaires du baccalauréat ou d'un titre équivalent, ainsi qu'aux personnes ayant passé avec succès l'examen de niveau organisé par les directions régionales des affaires sanitaires et sociales (DRASS). Peuvent aussi être candidats les titulaires du diplôme professionnel d'auxiliaire de puéricultrice, du CAP "Petite enfance", du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide médico-psychologique ou du DE d'auxiliaire de vie sociale, pouvant justifier de trois ans d'expérience professionnelle dans le champ de la petite enfance. Ils doivent, dans tous les cas, subir les épreuves de sélection organisées par chaque centre de formation.

Dispensée, de manière continue ou discontinue, en trois ans, la formation compte 1 500 heures d'enseignement théorique et 2 100 heures de formation pratique.
La partie théorique se décompose en quatre domaines de formation : accueil et accompagnement du jeune enfant et de sa famille, action éducative en direction du jeune enfant, communication professionnelle et, enfin, dynamiques institutionnelles, interinstitutionnelles et partenariales, avec un stage de six semaines.
La formation pratique se déroule sous la forme de quatre stages minimum d'une durée totale cumulée de 60 semaines (2 100 heures). Les stages doivent porter sur chacun des domaines de formation suscités.

Il existe, enfin, nombre de cas possibles d'allègement de formation pour les titulaires de certains diplômes ou certificats. Mais dans tous les cas, sa durée ne peut être inférieure à un tiers de la durée globale.
Recherche personnalisée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×