EDUCATEUR SPECIALISE

Avec plus de 99 000 professionnels en exercice en 2002, les éducateurs spécialisés arrivent numériquement en tête des travailleurs sociaux.
La profession est née pendant la Seconde guerre mondiale, les premiers éducateurs, souvent issus des mouvements de jeunesse, étant chargés de s'occuper des jeunes délinquants et des enfants que l'on qualifiait alors de "débiles".
Contrairement à une idée reçue, la profession est, depuis l'origine, majoritairement féminine, mais en moindre proportion que les autres métiers du social, puisque les éducatrices spécialisées ne représentent "que" 62 % des effectifs (en moyenne, en 2000-2002). L'âge moyen de la profession se situe autour de 40 ans.


Du milieu ouvert à l'internat

Les éducateurs spécialisés peuvent intervenir aussi bien en "milieu ouvert" qu'en institution. Leurs lieux d'intervention sont multiples : services sociaux, internats éducatifs, instituts médico-éducatifs, centres d'hébergement et de réinsertion sociale, entreprises d'insertion, équipes de prévention spécialisée, services d'action éducative en milieu ouvert, organismes participant à la politique de la ville, établissements sanitaires... La grande majorité d'entre eux est salariée du secteur privé à but non lucratif (associations). Avec de l'expérience professionnelle, l'éducateur spécialisé peut exercer des fonctions de chef de service ou de directeur de centre social ou d'établissement. Il peut aussi se voir confier la responsabilité d'une circonscription d'action sociale ou occuper un poste de conseiller technique.


Un diplôme créé en 1967

Le diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé (DEES), niveau III, a été créé en 1967. Une cinquantaine de centres de formation y prépare, la plupart étant de statut privé associatif. Réformée en 1990, la formation dure trois ans avec un total de 1 450 heures de cours théoriques et quinze mois de stage. Il existe également une formule dite "en cours d'emploi" qui permet de l'étaler sur quatre ans. Pour entrer en formation, il est nécessaire d'avoir le baccalauréat ou un titre équivalent, ou encore de réussir l'examen préalable organisé par les directions régionales des affaires sanitaires et sociales (DRASS). Il faut également passer le filtre de la sélection (le plus souvent payante) organisée au sein de chaque établissement.


L'accès à la profession par la VAE

Depuis un arrêté du 12 mars 2004, l'accès à la profession d'éducateur spécialisé est désormais possible par le biais de la validation des acquis de l'expérience (VAE), dont une circulaire du 7 juillet 2004 précise les modalités de la mise en oeuvre. Peuvent ainsi prétendre à la VAE les candidats justifiant de trois ans d'activité salariée ou non, en rapport direct avec les fonctions d'éducateur.
Si le dossier est jugé recevable (dans un délai de deux mois à compter de sa demande de VAE, à effectuer auprès du rectorat de son lieu de résidence), le candidat doit se présenter à un entretien avec un jury, lui permettant alors d'apporter des informations complémentaires sur son parcours. Au cours de la délibération, "les compétences qui n'auront été ni actualisées ni entretenues par la pratique ne pourront être validées", précise la circulaire.
La validation peut donc être totale ou seulement partielle, auquel cas elle nécessite une évaluation complémentaire, dans un délai de cinq ans. L'intéressé peut alors choisir de se perfectionner soit par le biais de son expérience professionnelle, sanctionnée ultérieurement par une nouvelle demande de VAE. Soit en passant les épreuves du diplôme correspondant aux fonctions non validées, en bénéficiant alors d'un programme individualisé de formation dans les établissements agréés.
Recherche personnalisée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site